24 Octobre 2022 - 09h00 • 6742 vues

Partager

Article

Ils seront 38 IMOCA sur la ligne de départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, dimanche 6 novembre prochain. Aussi prestigieuse qu’indécise, la transatlantique est également très précieuse dans la course à la qualification pour le Vendée Globe. Explications.

La vague d’enthousiasme et d’adhésion populaire soulevée lors du dernier Vendée Globe, durant l’hiver 2020, est encore de mise. Et les skippers IMOCA qui y ont participé et rêvent d’en être lors de la prochaine édition, dans deux ans, pourront goûter à Saint-Malo à leur incroyable popularité. La cité corsaire est en effet le point de départ de la Route du Rhum dont le départ aura lieu le 6 novembre prochain. Au-delà de l’enjeu sportif et de la volonté de remporter une course mythique, tous savent que la course revêt une sacrée importance dans le cadre du futur Vendée Globe.

Un enjeu majeur pour 2024

En effet, la Route du Rhum représente la deuxième course qualificative pour le Vendée Globe 2024, après la Vendée Arctique disputée en juillet dernier. Aucun binôme IMOCA neuf/skipper n’avait participé à cette dernière. En prenant le départ de la Route du Rhum, les sept bateaux neufs s’assurent d’entrer dans la « liste des 13 bateaux neufs » et ainsi d’échapper au processus de sélection (sous réserve de remplir les conditions de qualification). Pour en savoir plus, lire l'article « Comment participer au Vendée Globe 2024 ».

« De la bagarre à tous les niveaux »

Pour l’ensemble de la flotte, ce sera aussi l’occasion de se confronter à nouveau à la fièvre des départs, à des conditions météorologiques qui peuvent être éprouvantes et à la nécessité de garder son sang-froid. « Ce qui est sympa, à 38 bateaux, c’est qu’il y a du match partout, autant devant, au milieu qu’à l’arrière de la flotte, s’enthousiasme Isabelle Joschke (MACSF). Il y aura de la bagarre à tous les niveaux ! » La bataille pour la victoire s’annonce ainsi passionnante, d’autant que les forces en présence ont été bouleversées depuis la dernière édition. Il y a quatre ans – ce qui semble être une éternité – Paul Meilhat s’était imposé pour sa dernière course avec SMA et ses deux poursuivants, Alex Thomson et Yann Eliès, se sont mis en retrait de la compétition depuis.

Dalin-Ruyant, un duo de favoris

Paul Meilhat fait partie des skippers à bénéficier d’un nouveau bateau. À bord de Biotherm, sistership d’APIVIA, il aura surtout à cœur de gagner en expérience et en confiance à bord, d’autant qu’il participera, à partir de janvier, à The Ocean Race. Une succession de courses qui sera également au programme d’Holcim-PRB (Kevin Escoffier), de Malizia-Seaexplorer (Boris Herrmann) et de Guyot Environnement – Water Family (Benjamin Dutreux). À l’unisson de ses confrères, Kevin Escoffier assure qu’il « manque forcément de temps de navigation pour être compétitif » et qu’il souhaite « avant tout aller au bout ». Pour lui, « les favoris restent les bateaux de génération 2020. Ils sont fiabilisés, polyvalents et sont connus sur le bout des doigts par leurs skippers ».

© Pierre BourasDans le viseur, Charlie Dalin (APIVIA) et Thomas Ruyant (LinkedOut) semblent clairement disposer d’une longueur d’avance. Les deux hommes, qui construisent actuellement un nouvel IMOCA, s’apprêtent à disputer leur dernière course à bord de leur bateau actuel. Et leur connaissance précise de leur bateau, comme leur talent, n’est plus à démontrer. Thomas Ruyant s’était offert la Transat Jacques-Vabre l’an dernier, Charlie Dalin est invaincu cette saison (vainqueur de la Guyader Bermudes 1000 Race, de la Vendée Arctique et des 48h Azimut Solo). Pourtant, le Normand n’a encore jamais disputé la Route du Rhum. Une incongruité qui le fait sourire : « il était tant de corriger le tir ! Pourtant, c’est une transat de référence, elle m’a toujours fait rêver ».

De nombreux skippers en embuscade

Aux côtés de Charlie Dalin et Thomas Ruyant, Jérémie Beyou souhaite jouer les trouble-fêtes. Certes, Charal 2 fait partie des nouveaux bateaux. Mais il a été mis à l’eau début juillet et depuis, Jérémie Beyou, épaulé par son équipe technique et par Franck Cammas - qui le conseille depuis le début du projet -, multiplie les navigations. Si la distance était courte et ne peut permettre aucune conclusion, il est parvenu à tenir la cadence du duo Dalin-Ruyant lors de l’épreuve-phare du Défi Azimut (3e).

Plus globalement, Maxime Sorel (V and B – Monbana – Mayenne), Kevin Escoffier (Holcim – PRB) et Sam Davies (INITIATIVES-CŒUR) à bord de leurs bateaux neufs, ont démontré eux aussi qu’ils pouvaient aussi tenir le rythme. Difficile de prédire le ‘top 10’, tant les prétendants sont nombreux. À cette liste s’ajoute en effet Boris Herrman (Malizia – Seaexplorer), Louis Burton (BUREAU VALLÉE), Benjamin Dutreux (Guyot environnement – Water Family), Justine Mettraux (TEAMWORK.NET), Romain Attanasio (Fortinet – Best Western), Giancarlo Pedote (PRYSMIAN GROUP) ou encore Damien Seguin (GROUPE APICIL)…

© Yvan Zedda
Enfin, tous garderont un œil sur un autre bateau qui disputera sa première course : Maître CoQ V. C’est en effet le grand retour de Yannick Bestaven - vainqueur du dernier Vendée Globe - qui réalisera sa première course à bord de ce sistership de 11th Hour Racing – Mâlama. « L’objectif du Rhum, c’est davantage de naviguer que de performer, explique Yannick Bestaven. Ces deux transatlantiques, avec le retour, seront l’occasion d’apprendre encore et de monter en puissance en vue du Vendée Globe 2024 ». Une pensée qui résume en somme l’état d’esprit de la flotte IMOCA avant cette Route du Rhum : rêver d’une belle traversée et d’une issue heureuse à Pointe-à-Pitre, tout en gardant dans un coin de la tête, déjà, l’envie folle d’en découdre lors du plus connu des tours du monde. 

Les 38 inscrits :

Fabrice Amedeo (Nexans - Art & Fenêtres)
Romain Attanasio (Fortinet - Best Western)
Eric Bellion (COMMEUNSEULHOMME powered by Altavia)
Jérémie Beyou (Charal)
Arnaud Boissières (La Mie Câline)
Louis Burton (BUREAU VALLÉE)
Antoine Cornic (HUMAN Immobilier)
Manuel Cousin (Groupe SÉTIN)
Charlie Dalin (APIVIA)
Sam Davies (INITIATIVES-CŒUR)
Louis Duc (Fives - Lantana Environnement)
Benjamin Dutreux (Guyot environnement - Water Family)
Kevin Escoffier (Holcim-PRB)
Benjamin Ferré (Monnoyeur - Duo for a Job)
Pip Hare (Medallia)
Boris Herrmann (Malizia - Seaexplorer)
Isabelle Joschke (MACSF)
Justine Mettraux (TEAMWORK.NET)
François Guiffant (Kattan)
Tanguy Le Turquais (LAZARE)
Paul Meilhat (BIOTHERM)
Giancarlo Pedote (PRYSMIAN GROUP)
Thomas Ruyant (LinkedOut)
Kojiro Shiraishi (DMG MORI Global One)
Maxime Sorel (V and B - Monbana - Mayenne)
Guirec Soudée (FREELANCE.COM)
Nicolas Troussel (CORUM L'EPARGNE) 
Yannick Bestaven (Maître CoQ V)
Damien Seguin (GROUPE APICIL)
Alan Roura (Hublot)
Sébastien Marsset (Mon courtier Energie - Cap Agir Ensemble)
Xu Jingkun (China Dream - Haiku)
Conrad Colman (Imagine)
Nicolas Rouger (Demain c’est loin)
James Harayda (Gentoo Sailing Team)
Oliver Heer (Oliver Heer Ocean Racing)
Rodolphe Sépho (Rêve de large 3 Région Guadeloupe)
Weöres Szabolcs (SZABI RACING)