25 Mai 2021 - 16h00 • 6821 vues

Partager

Article

Pour la première fois depuis la fin du Vendée Globe, cinq IMOCA retrouveront la compétition. Ils s’apprêtent à disputer ‘The Ocean Race Europe’ en équipage et avec escale entre Lorient et Gènes. Caractéristiques du parcours, adaptation au mode équipage, force en présence… Explications avant le départ prévu depuis Lorient le samedi 29 mai prochain.

Ils avaient été les stars du confinement de l'automne dernier avec le Vendée Globe. Et à l’heure du déconfinement, cinq IMOCA vont reprendre officiellement la compétition en participant à The Ocean Race Europe dont le départ aura lieu de Lorient le samedi 29 prochain. L’esprit « Ocean Race » sera au rendez-vous avec 2 000 milles à parcourir et des étapes à Cascais (Portugal), Alicante (Espagne) et Gênes (Italie). « C’est un parcours qui nous plaît tous, s’enthousiasme Sébastien Josse, ex-consultant sur le Vendée Globe et équipier à bord de Corum-L’Epargne. Ça va nous rappeler la Solitaire du Figaro et c’est un schéma vraiment sympa : quatre jours en mer, des escales pour se reposer et profiter un peu plus. Et sportivement, ça va être super intéressant. »

Une affiche alléchante

© Matthieu Hacquebart / Corum L'Epargne« Nous partons pour un beau voyage, avec des étapes agréables, poursuit Thomas Ruyant (Linkedout). Et puis ça promet une belle régate ». Copropriétaire de The Ocean Race, Johan Salén nous confie : « c’est une idée que nous avions depuis plusieurs années. La crise sanitaire ayant bousculé notre calendrier, nous nous sommes dit que c’était le bon moment pour lancer cette compétition ». L’épreuve lance la 2e édition des IMOCA Globe Series, championnat qui intègre donc pour la première fois les courses en équipage. Il durera jusqu’en 2025, soit 4 saisons au lieu de 3, et se basera sur un nouveau système de points qui vise à valoriser davantage l’assiduité aux courses. Certes, cinq mois après l’arrivée du Vendée Globe, Johan Salén reconnaît « un timing pas évident » pour les équipes IMOCA.

Et pourtant, ils sont cinq à avoir répondu l’appel et à partager l’affiche avec sept VO65 : trois ayant disputé le tour du monde (Corum-L’Epargne, LinkedOut, Bureau Vallée 3, l’ex-L’Occitane en Provence) ainsi que 11th Hour et Offshore Team Germany. De quoi promettre assurément une belle bagarre. « Le jeu est complètement ouvert, souligne Thomas Ruyant. 11th Hour a beaucoup progressé en équipage, Louis Burton a un bateau très rapide, Corum-L’Epargne peut tirer son épingle du jeu par petit temps... Ça va être passionnant ! »

Un équipage à bord d’un IMOCA, un sacré défi

Celui qui a terminé 6e du Vendée Globe ne cache pas son plaisir d’en découdre en équipage, avec quatre personnes à bord (cinq pour ceux qui souhaitent être accompagnés d’un mediaman). « Je trouve ça super intéressant. Cela va permettre de confronter les expériences, de chercher de nouvelles façons de naviguer, de se nourrir des connaissances de chacun ». Une course en équipage à bord d’un IMOCA, des bateaux conçus pour le solitaire ou le double, est un défi en soi. « Il n’y a pas beaucoup d’espace, l’ergonomie est compacte, il y a qu’une colonne de winch », énumère Sébastien Josse.

L’organisation à bord est déjà toute trouvée : deux personnes sur le pont, une qui se repose, une autre à l’étude des fichiers météos. Et les quatre en action pour les grandes manœuvres. « Nous sommes nombreux à avoir fait de l’équipage ou la Volvo Ocean Race, note Pascal Bidegorry. La promiscuité sur un bateau, on connaît tous ! »

Par ailleurs, chaque équipage est mixte avec la présence de Clarisse Crémer à bord de Linkedout, de Justine Mettraux chez 11th Hour ou encore de Marie Riou avec Corum. « Nous avions déjà institué ce principe lors des éditions précédentes de la Volvo Ocean Race et il n’était pas question de faire marche arrière », souligne Johan Salén. « On préfère toujours quand ce n’est pas imposé mais ça va dans le bon sens », s’amuse Marie Riou, croisée en début de semaine sur les pontons.

La Méditerranée, intriguant terrain de jeu

Un des aspects à suivre sera en effet le comportement des IMOCA en Méditerranée qui n’est pas vraiment leur terrain de jeu de prédilection. « Ce ne sont pas des bateaux qui sont dessinés pour s’y rendre, atteste Sébastien Josse. Les conditions y sont très variables, il faut faire face à des phénomènes météos très localisés. Cela oblige à être très attentif, à faire preuve d’adaptation en permanence et à l’affût des opportunités quand elles se présentent. »

« Il y a beaucoup d’instabilité et cela va permettre d’avoir une bagarre encore plus intéressante », se réjouit Pascal Bidegorry. « Sur mer plate et petit temps, Corum-L’Epargne a peut-être un léger avantage », ajoute Thomas Ruyant.  La course de vitesse peut donc se transformer en un jeu d’échec particulièrement intense : il n’en fallait pas plus pour faire monter l’enthousiasme et attendre impatiemment le départ, le samedi 29 mai prochain.

LE PROGRAMME :

29 mai - Départ d’étape - Lorient, France

5 juin - Course côtière - Cascais, Portugal

6 juin - Départ d’étape - Cascais, Portugal

13 juin - Début d’étape - Alicante, Espagne

19 juin - Course côtière - Gênes, Italie

TOUS LES CONCURRENTS :

CLASSE IMOCA

11th Hour Racing Team (USA)

Charlie Enright (USA), Pascal Bidégorry (FRA), Justine Mettraux (SUI)

Bureau Vallée (FRA)

Louis Burton (FRA), Davy Beaudart (FRA), Servane Escoffier (FRA), Thibault Hector (FRA), Christophe Bachmann (FRA), Jean-René Guilloux (FRA), Arthur Hubert (FRA), Baptiste Hulin (FRA), Clément Commagnac (FRA)

CORUM L’Épargne (FRA)

Nicolas Troussel (FRA), Sébastien Josse (FRA), Marie Riou (FRA), Benjamin Schwartz (FRA)

LinkedOut (FRA)

Thomas Ruyant (FRA), Morgan Lagravière (FRA), Clarisse Crémer (FRA), Quentin Ponroy (FRA), Laurent Bourguès (FRA), François Pernelle (FRA)

Offshore Team Germany (GER)

Robert Stanjek (GER), Benjamin Dutreux (FRA)

CLASSE VO65

- AkzoNobel Ocean Racing (NED), Chris Nicholson (AUS)
- AmberSail (LTU), Rokas Milevičius (LTU)
- Mirpuri Foundation Racing Team (POR), Yoann Richomme (FRA), Nicolas Lunven (FRA)
- Sailing Team Poland (POL), Bouwe Bekking (NED)
- Team Childhood I (NED), Simeon Tienpont (NED)
- The Austrian Ocean Race Project (AUT), Gerwin Jansen (NED)
- Viva Mexico (MEX), Erik Brockmann (MEX)