29 Avril 2021 - 17h00 • 7746 vues

Partager

Article

Parce que l’engouement suscité par l’édition qui vient de s’achever, et parce qu’il faut savoir battre le foil pendant qu’il est chaud, de nombreux skippers déclarent déjà leur envie de courir la 10e édition. Cet article sera régulièrement mis à jour, au fil des déclarations d’intention et de concrétisation des projets.

(mis à jour le 5 mai)

ILS REDISENT OUI

Fabrice Amedeo - Frustré par un abandon précoce en Afrique du Sud, le skipper levalloisien n’a pas tardé à remonter à cheval. Il fut l’un des porte-parole de l’environnement et, par ce biais, il a su séduire le groupe Nexans, acteur clé de la transition énergétique et de l’électrification durable au niveau international pour repartir sur une troisième aventure tourdumondiste. Le skipper l’a écrit : « Nexans, l’un des leaders mondiaux de la fabrication et pose de systèmes de câbles, s’engage à mes côtés. Partageant de nombreuses valeurs liées à la protection de l’environnement, à la lutte contre le réchauffement climatique et à la préservation des océans, nous ferons cause commune jusqu’au prochain Vendée Globe en 2024 ». Le bateau s’appelle désormais Art&Fenêtres – Nexans.

Romain Attanasio - Vedette début avril de l’épisode 32 de Into the Wind, le podcast de Tip&Shaft, le 14e du Vendée Globe a avoué qu’il n’avait pas encore pris de vacances, préférant aller voir les partenaires qui l’avaient accompagné pour les remercier et les inviter à poursuivre l’aventure. Deux fois finisher du Vendée Globe, Romain semble très bien lancé, c’est lui qui le dit. Son aventure avec Best Western®, entré dans son projet en pleine période de confinement, est très bien partie pour se prolonger quatre ans de plus.

 

 

 

Jérémie Beyou - Ce mardi 4 mai, Jérémie Beyou et Charal ont reformulé leurs voeux, pour une prolongation de quatre ans de l'aventure en IMOCA. Jusqu'en 2026, donc, le partenaire à tête de taureau et tytolienne dans le village va doter le triple vainqueur de la Solitaire du Figaro, 2e du Vendée Globe 2016-2017 d'un bateau flambant neuf. Ce nouveau monocoque sera dessiné par Sam Manuard, qui a posé ses principes évolutionnaires à travers l'Occitane en Provence. Typé scow, Charal 2 respectera les nouvelles normes de la jauge IMOCA et sera également enrichi par toutes les datas collectionnées par Jérémie Beyou durant le Vendée Globe 2020-2021. Charal2 sera construit à Lorient, chez CDK.  

 

Arnaud Boissières – Quand on aime… A TV Vendée, Arnaud Boissières a déclaré être sur la route d’un cinquième Vendée Globe, « pas pour en faire un cinquième, mais pour être vraiment compétitif, et c’est pour ça que je me prépare dès maintenant ». Et son programme débute dès maintenant avec, pour étapes, la prochaine Transat Jacques Vabre, la Route du Rhum et l’adjonction de nouveaux foils à mi-parcours.


Louis Burton – Il ne fait aucun doute que Louis Burton est clairement lancé sur la piste de 2024 : l’audacieux skipper, 3e de l’édition qui vient de s’achever, a déjà mis la main sur l’ex L’Occitane en Provence, avant même la fin du Vendée Globe. Déjà, il y a quatre ans, il avait secoué le mercato en rachetant le Banque Populaire vainqueur avec Armel Le Cléac’h à son bord. Cela promet !

 



Kojiro Shiraishi – Le skipper japonais a déjà annoncé son retour en 2024 avec le même partenaire, DMG Mori, et l’ambition de faire un top 8. Nous vous en avons parlé il y a quelques semaines :
 
© Bernard Le Bars / Alea / VG2020 Armel Tripon – Le premier skipper de scow IMOCA a bouclé son premier Vendée Globe (11e) et il est déjà sur le chemin d’une deuxième édition. Pour Voiles et Voiliers, le skipper nantais a confié à Bruno Ménard qu’il ne se fixe pas de limites, même en termes d’emploi du temps. Il compte en effet faire construire un nouveau scow (bateau à étrave arrondie) et, pendant le temps de la construction, courir en Multi50, la classe qui lui a permis de confirmer les performances qu’il avait cumulées en Mini, notamment grâce à sa victoire sur la Route du Rhum 2018.

Maxime Sorel - Ses combi n'avaient pas fini de sécher que Maxime Sorel annonçait déjà qu'il serait au départ du Vendée Globe 2024 avec un bateau à foils. C'était lors de sa conférence de presse d'arrivée (10e), le 31 janvier : lire le résumé de la conférence

ILS VEULENT ENCORE

Alan Roura – Deux fois tourdumondiste, deux fois benjamin du Vendée Globe, Alan Roura aura 31 ans au départ de la 10e édition. Le skipper suisse a envie d’y retourner et de concrétiser ses ambitions sportives tout en portant un projet à identité helvétique. Il a confié son envie au journal Le Matin.

ILS ONT DIT OUI

Louis Duc – Pendant la 9e édition, Louis Duc a déclaré sa flamme et le lancement de son projet pour 2024. Le skipper normand a racheté l’ancien bateau de Clément Giraud, qui avait subi un incendie avant le départ de la Transat Jacques Vabre 2019. Ce plan Farr de 2007 est en finalisation de réhabilitation, et il sera propulsé par un projet de financement différent, puisqu’il portera le concept de « Votre épargne autour du monde ». L’histoire, différente, circulaire et fédératrice n’attend que vous et elle est à découvrir ici : www.votre-epargne-autour-du-monde.fr. Attention, vous avez jusqu’au 20 mai pour embarquer, et déjà 70 épargnants, sur les 150 attendus, ont rejoint son projet !

Antoine Cornic  Le Rétais ne pouvait échapper à l’appel du large. Lui qui a fait ses armes en classe Mini en portant les couleurs de l’île de Ré sur la Mini 2017, sa troisième Mini, a embrayé vers le Vendée Globe 2024. Il s’est déjà porté acquéreur de l’ancien Spirit of Canada de Derek Hatfield (2008-2009) et travaille activement à sa refonte et sa conformité.

© Guillaume GrangeSébastien Marsset - La course au large, Sébastien la récite sous toutes ses formes depuis des années. Le skipper a déjà couru deux Volvo Ocean Race et un Trophée Jules-Verne, preuve qu'il est non seulement bon marin, mais aussi bon copain. Le dernier Vendée Globe, lors duquel il a été co-skipper, skipper suppléant et team manager de Romain Attanasio, lui a encore ouvert un appétit qu'il avait déjà grand. Voici le Nantais lancé à 36 ans vers le Vendée Globe 2024. En attendant que son projet, avec lequel il porte soutien à Handicap Agir Ensemble, fonds de dotation de l'Adapei de Loire-Atlantique, s'enrichisse de partenaires, Seb Marsset est également engagé en IMOCA comme co-skipper en cette année 2021. Une bonne façon de se rôder aux exigences de la reine des classes monocoques. 

 

ILS EN REVENT

(liste non exhaustive) – Violette Dorange, Justine Mettraux, Nicolas Boidezevi, Sébastien Josse, Jörg Riechers…
 
Cet article est amené à évoluer au fil de l’avancée des projets.
N’hésitez pas à partager l’info avec la rédaction : edito@vendeeglobe.fr